CONCARNEAU

Dimanche 4 Jullet 2021

Jeu de Piste

Enigmes et performances artistiqueS.

 

Plus d’informations [ ICI ]

Préinscriptions [ ICI ] 

Réponses à notre lettre ouverte des candidats aux élections départementales du canton de Concarneau

Mercredi 16 Juin 2021

Communiqué de presse : Habiter à Concarneau 

Les récentes discussions sur le Projet d’aménagement et de développement durable, document cadre du futur PLU, ont, semble-t-il, laissé apparaître une évolution dans la politique urbanistique de la municipalité : l’étalement urbain sera ralenti, en contrepartie il faudra continuer à densifier la ville.

Si cette inflexion politique peut étonner de la part de Marc Bigot, ancien adjoint à l’urbanisme, il constitue néanmoins un choix politique raisonnable que nous appelons de nos vœux depuis la campagne électorale de l’an dernier. Et pourtant, le projet en cours rue de Courcy ne peut que susciter des inquiétudes quant à la manière dont l’équipe en place entend mener cette nouvelle politique d’urbanisation. Ce projet, comme d’autres, déroge à plusieurs principes qui nous paraissent essentiels.

  • La densification de la ville doit être équilibrée : densifier ne signifie pas éliminer tous les îlots de verdure. Préserver les espaces végétalisés s’avère nécessaire pour préserver la biodiversité en ville et lutter contre les îlots de chaleur en milieu urbain. C’est une question de santé publique et d’adaptation au réchauffement climatique en cours. Le projet en cours rue de Courcy prend le contre-pied de cette exigence : les espaces végétalisés y sont réduits à peau de chagrin et marginalisés pour répondre au besoin de rentabilité du promoteur. Il existe pourtant des solutions architecturales permettant d’investir les « dents creuses » tout en donnant une place centrale à la végétation.
  • les projets visant à densifier la ville doivent faire l’objet d’une concertation intense pour préserver le cadre de vie des habitants. L’aménagement immobilier de la rue de Courcy prévoit de construire deux immeubles de trois étages (12,50 mètres), ce qui risque d’altérer l’ensoleillement des habitations de l’impasse de Kerbiriou qui sont là depuis de nombreuses années. Les riverains se plaignent d’une absence d’écoute de la part de la municipalité. Là encore, il semblerait que les besoins spéculatifs aient pris le pas sur les besoins des résidents. Nous demandons à Thierry Le Corre nouvel adjoint au « cadre de vie » de s’engager dans des méthodes de co-construction pour rompre avec une politique qui méprise l’avis des riverains.
  • l’aménagement urbain doit respecter l’unité architecturale de notre ville. Il y a un habitat typique au centre-ville, à Lanriec, à Beuzec et au Passage. Or, qui observe les nouvelles constructions élevées qui se développent en centre-ville ne peut que remarquer la faiblesse de l’attention portée à l’insertion paysagère. Prenons l’exemple de l’ancien gymnase de l’Hermine en ville. Certes, ces immeubles de trois ou quatre étages permettent de maximiser la rentabilité des constructions. Mais cela défigure notre patrimoine architectural. Le café du pavillon, rue de Courcy, dont la façade présente un intérêt historique et patrimonial, sera tout simplement détruit.
  • L’inflation immobilière en cours exige que les pouvoirs publics prennent des dispositions pour veiller à ce que l’accès au logement soit possible pour toutes les classes sociales. Cette question devient un enjeu politique majeur. Compte tenu des prix, nombre de concarnois quittent la ville alors que le nombre de résidences secondaires ne cesse d’augmenter. Or, la municipalité ne prend pas les mesures nécessaires pour contenir la gentrification de la ville et refuse, par exemple et à l’exception du quartier Foch, de s’engager sur une part élevée de logements sociaux dans les nouvelles constructions. Sur 28 appartements, aucun logement social n’est prévu rue de Courcy et il est à craindre que nombre des T2 mis à la vente soient dédiés à du locatif saisonnier de courte durée ou à des résidences secondaires.
  • la municipalité doit veiller à ne pas dilapider le patrimoine foncier communal. Certes, les ventes foncières ont permis à la commune d’assainir rapidement ses finances. Mais à quel prix ? Le foncier vendu affaiblit la collectivité financièrement et politiquement. La commune pourrait se constituer en bailleur public. Une telle démarche lui permettrait de mener une politique d’habitat qui réponde au besoin de la population locale, elle permettrait par exemple de lutter contre les effets d’éviction et de répondre au besoins locatif des saisonniers. Pour ce faire, il faut accepter d’investir, de référencer les logements vacants et de mobiliser le droit de préemption.

 

Concarneau Solidaire et Durable alerte une nouvelle fois la municipalité sur la nécessité d’intégrer l’urgence climatique à sa politique d’urbanisme tout en veillant à répondre aux besoins en logement de tous les concarnois

Adhésion 2021 - Association Concarneau Solidaire et durable

Le collectif Concarneau Solidaire et Durable s’est constitué en association  le 13 février 2021.

Notre but est de poursuivre le travail entamé durant la campagne municipale de 2020 en supportant nos élus dans leurs travaux mais aussi échanger sur les perspectives pour la ville de Concarneau

Si vous souhaitez participer aux ateliers ou simplement supporter financièrement l’association vous pouvez adhérer de deux façons:

  • En ligne via le site Helloasso.com
  • Par courrier, en retournant le bulletin d’adhésion complété

Mardi 2 Février 2021

Communiqué de presse des ELUS COncarneau Solidaire et Durable 

La vie de notre ville est l’affaire de toutes et tous. Pendant la campagne municipale, nous nous étions engagés à co-construire les projets pour Concarneau avec l’ensemble des habitantes et habitants. Élu.e.s dans l’opposition, nous participons aux commissions municipales où nous voulons être force de proposition.

Afin de relayer l’avis, les souhaits, les propositions des citoyennes et citoyens, les conseillères municipales et conseillers municipaux de Concarneau Solidaire et Durable ont décidé de mettre en place des permanences dans tous les quartiers de la ville où ils seront heureux de vous accueillir.

La première permanence aura lieu le samedi 6 février de 10h à 12h à la mairie de Concarneau.

Les dates et lieux des prochaines permanences vous seront transmises par voie de presse.

Vous pouvez aussi nous joindre par téléphone au 07.49.98.92.51 ou par mail :

Lundi 14 Décembre 2020

Communiqué de presse : Non à l’installation de camera de vidéo surveillance 

La loi sur la sécurité globale fait l’objet d’un âpre débat dans le pays. Ici, à Concarneau, le conseil municipal s’apprête à voter l’implantation de 22 caméras de vidéosurveillance sur le parking du 8 mai, la place Jean Jaurès et les pourtours ouest du bassin portuaire ainsi que sur les places de l’Hôtel de ville et du Général de Gaulle. Nous nous opposons à ce projet.

Initialement prévu pour faire la lumière sur les noyades qui peuvent survenir dans le port, le projet est devenu une réponse à un enjeu sécuritaire global puisqu’il prétend répondre aux actes de délinquance, d’incivilités et aux attentats terroristes. Ce faisant, le projet est passé de 3 à 22 caméras ! Comment justifier cette surenchère ?

S’il est légitime de réfléchir à la sécurisation du bassin portuaire, ne cédons pas à la psychose ! En plus de porter atteinte à nos libertés, en plus d’instaurer un climat de méfiance dans notre cité touristique, toutes les études montrent que les systèmes de vidéosurveillance sont inefficaces pour prévenir les accidents, les incivilités et les actes de délinquance, d’autant que les vidéos ne seront consultables qu’après qu’un éventuel incident ait eu lieu.
Alors qu’une grave crise sociale se profile à l’horizon, est-il pertinent d’allouer près de 200 000 euros au soulagement d’un prétendu sentiment d’insécurité, ce qui semble être le principal argument présenté ? Est-il donc devenu aujourd’hui inenvisageable de se promener en sécurité à Concarneau ? Ce projet donne une image négative de notre ville en laissant croire que le danger rôde partout. Ne serait-il pas plus judicieux de concentrer nos efforts sur l’urgence sociale et environnementale ?

Au lieu de s’engager dans un projet onéreux et inefficace, engageons une réflexion sur la manière de prévenir les accidents portuaires. Traitons sérieusement le sujet, sans considérer la vidéosurveillance comme unique solution. L’aménagement des cheminements, l’installation de lignes de vie, le positionnement d’échelles, ne sont-elles pas des pistes à explorer ?
Les drames survenus à Concarneau ne doivent pas servir d’alibi à une tentation sécuritaire. Une telle décision doit être mûrie et discutée avec la population. Elle ne peut être prise de manière unilatérale. Nous exhortons la municipalité à engager une concertation pour réfléchir ensemble à une sécurisation du bassin portuaire qui soit acceptée par l’ensemble des concarnois·es.

Les premiers signataires par ordre alphabétique :
A bâbord toute – ATTAC – Amicale Laïque – Concarneau Solidaire et Durable – Confédération Nationale du Travail – Ensemble ! – Europe Ecologie Les Verts pays de Concarneau et Quimperlé – Génération.s Concarneau Quimperlé – Ligue des Droits de l’Homme Concarneau Quimperlé – La France Insoumise – PARESSE – Parti communiste – Planning familial

Vendredi 6 Novembre 2020

Pierre François Bonneau, membre de notre collectif élu à la ville, nous a quitté lundi dernier.

PF comme tout le monde t’appelait… Nous regrettons déjà amèrement ton engagement, tes convictions, tes capacités d’écoute et de dialogue. Travailler avec toi était un plaisir, et ça ne relève pas du discours convenu : tu savais être sérieux tout en étant drôle et léger. Ton sens de l’humour nous manquera terriblement.


Lors de la dernière mandature, tu as défendu des positions courageuses. Tu appelais particulièrement à une politique culturelle ambitieuse pour notre ville. En aout 2019, tu nous as fait l’honneur de rejoindre le collectif Concarneau Solidaire et Durable. Pendant de longues semaines, nous avons construit ensemble notre vision de Concarneau demain, notre projet de transition. Tu as mis au service de ces idées ton exigence, ton expérience, ton audace, et ta plume. La maladie ne t’aura pas permis de les défendre comme tu l’aurais souhaité, mais sache que nous ferons de notre mieux pour porter ces idées.


Nous pensons particulièrement à Nicole, Victor et Felix, à tes proches. Si nous sommes abasourdis et dans la peine, nous pensons à leur immense chagrin.


Merci PF pour ta bienveillance et ton esprit fraternel. Merci aussi pour les blagues et les calembours